Relectrice-correctrice, certification Voltaire niveau expert

Accueil 9 Actualités 9 Relectrice-correctrice, certification Voltaire niveau expert

Lectrice correctrice Certification Voltaire Nautile Relecture Correction

L’actualité de cette semaine chez Nautile Relecture Correction concerne la validation des compétences en langue française par le Certificat Voltaire.

Ce certificat atteste des compétences en orthographe, mais également en grammaire, syntaxe et conjugaison. Il est demandé par certaines entreprises lors de l’embauche de leurs collaborateurs.

L’épreuve consiste à repérer des erreurs dans des écrits professionnels : 135 phrases pour le module Supérieur et 60 phrases pour le module Excellence, qui recèlent chacune entre 0 et 3 fautes. L’épreuve est notée et le nombre de points donne lieu à un classement :

À partir de 300 : orthographe niveau technique ;

À partir de 500 : orthographe niveau professionnel ;

À partir de 700 : orthographe niveau affaires ;

À partir de 900 : orthographe niveau expert. Le niveau expert est requis pour les métiers liés au monde des lettres.

 

Pourquoi se présenter à l’épreuve de la Certification Voltaire ?

 

Parce qu’il y a actuellement peu de façons de confirmer son niveau en langue française. Bien sûr, cette épreuve consiste essentiellement à repérer des erreurs, pas à les corriger ou encore à les expliquer. Elle ne porte que sur 340 règles de français, ce qui peut paraître incomplet au regard du nombre de difficultés évoquées dans les dictionnaires comme Le Bon Usage de Maurice Grevisse.

L’ayant préparée en même temps que la formation EMI-CFD, il y a une grande différence. Une formation en relecture-correction représente un volume d’heures important, l’apprenant ne se contente pas de repérer des erreurs, mais il lui faut aussi savoir expliquer et justifier sa correction. Les difficultés de la langue française qui sont abordées sont bien plus nombreuses.

Cependant, pour tout un chacun, la préparation à la Certification Voltaire peut être un plus intéressant. Comme pour la pratique d’un sport ou d’un art, elle apporte un entrainement régulier pertinent pour la maîtrise de certaines règles. Cette préparation permet de revoir des bases d’orthographe ou de grammaire parfois un peu bancales ou réellement oubliées depuis la scolarité. Cela peut être un bon moyen, sous forme de défi, pour s’y remettre en douceur.

Si vous êtes tenté par l’examen, pensez à :

  • Vous inscrire sur le site pour trouver un lieu pas trop loin de votre domicile, et bien à l’avance si vous avez une date en vue car les places peuvent être vite prises d’assaut.
  • Préparer en amont votre examen. Mieux vaut ne pas y aller « en touriste » pour voir comment cela se passe car il y a un coût d’inscription non négligeable de 59 euros 90.
  • Connaître le corpus des règles choisies par le Certificat Voltaire pour ne pas être pris ou prise au dépourvu devant des règles précises comme l’accord des adjectifs de couleurs ou la différence entre « ces deux fenêtres-là » et « ces fenêtres en bois là »
  • Vous renseigner sur les modalités de passage : les réponses doivent être faites sur une grille aux toutes petites cases à noircir. Ne pas oublier sa paire de lunettes si besoin car les cases sont vraiment très petites et le corpus de phrases est rédigé en caractères très denses.

Voici comment j’ai préparé la Certification Voltaire:

 

J’ai utilisé le livre Le Certificat Voltaire pour les nuls de Julien Soulié (Le site du Projet Voltaire propose également une préparation en ligne). Les règles sont accompagnées d’exercices courts. Leur format bref permet d’en faire plusieurs par jour sans se lasser.  340 règles sont abordées, cela paraît beaucoup au commencement, il faut retenir de nombreux points de difficulté. Cependant, cela « rentre » assez vite à condition de les revoir régulièrement.

La première partie du livre permet de revoir les basiques, la seconde se concentre sur des règles de français soutenu. Certaines sont bien intéressantes à réviser : l’accord des participes passés qui nécessite un temps certain pour être correctement maîtrisé (certaines sources l’estiment à 80 heures), l’emploi du subjonctif, les différences importantes entre les conjugaisons de « peindre », « coudre » ou bien encore « résoudre », « tout » suivi d’un adjectif…

On peut aussi avoir une bonne approche de plusieurs mots d’emplois très courants qui se révèlent être incorrects :

  • Nous avons bien débuté la semaine : ce n’est pas correct, il faut dire ou écrire : « La semaine a bien débuté ». « Débuter » est un verbe intransitif, il ne peut pas être suivi par un COD (complément d’objet direct).
  • « Démarrer la semaine » est tout aussi fautif, on « commence » la semaine, « démarrer » est réservé aux véhicules.
  • Une somme conséquente : eh bien non, « conséquent » est le synonyme de « cohérent », qui agit avec conséquence, avec logique. On utilisera de préférence « considérable ».
  • Les dépenses somptuaires : « Somptuaire » décrit ce qui est relatif aux dépenses. C’est souvent l’idée de « somptueux » qui est souhaitée : des dépenses somptueuses, luxueuses.
  • Le mélange des locutions « tant s’en faut » et « loin de là » qui donnent parfois un incorrect « loin s’en faut ».
  • Et bien d’autres…

Le Certificat Voltaire valide également la connaissance d’autres règles un peu anecdotiques : l’emploi de « ressortir à » et sa conjugaison, l’utilisation du verbe « agonir » ou encore celle de « bailler bonne », le rarissime « mal gré que j’en aie » …

 

 

La préparation au Certificat Voltaire est un bon bain de langue française, qui permet de rentrer dans une méthode de travail quotidien pour poursuivre ensuite vers l’étude plus poussée d’autres règles.

Un seul regret, il n’est pas possible d’avoir un retour sur les fautes commises. Et on apprend beaucoup de ses erreurs 😊!